Après avoir passé toute sa carrière à résoudre des enquêtes judiciaires, le important Guy Baudoin est pour la première fois à la tête d’une unité de brigades. C’est à la brigade territoriale autonome (BTA) d’Épouville qu’il a été muté après le départ en retraite du important Joël Jacob dont l’intérim avait été assuré par son adjoint, l’adjudant-chef Sébastien Réalan. À fifty ans, commander une quinzaine d’hommes et de femmes contre sept précédemment, quand il était le patron de la brigade de recherche à la compagnie de gendarmerie du Havre, est donc un nouveau « obstacle ».

« Une autre facette
du métier
 »

C’est après son company militaire dans l’artillerie que le important a intégré l’école de gendarmerie en 1988. C’est le côté « militaire, discipline et rigueur » qu’il apprécie dans ce milieu même s’il avoue ne « pas avoir eu la vocation ». Il sera affecté à la gendarmerie des transports aériens à Orly, en région parisienne où il travaillera à l’unité de recherche en tant que technicien en identification criminelle. « Ce qui me plaisait, c’était la police scientifique. Pouvoir révéler des empreintes, on ne parlait pas encore d’ADN », raconte-t-il. Il connaîtra le crash du MIG-29 piloté par un Russe en plein salon du Bourget en région parisienne en 1989. Ou encore celui de l’Airbus A320 sur le mont Sainte-Odile (Alsace) en 1992 faisant 87 morts.

En 1995, il se rapproche de sa Normandie natale comme il le souhaitait : il est muté à la brigade de recherche (BR) de la compagnie de Fécamp jusqu’en 2001. Date à partir de laquelle il est à la tête de la BR de la compagnie du Havre. Ville où il a grandi et où ce père de famille s’investit toujours malgré son départ à Épouville en tant que trésorier de La Most important Tendue, affiliation culturelle de l’église évangélique du Havre venant en aide aux personnes en difficulté.

L’homme qui a pris un galon en étant affecté à la tête de la BTA d’Épouville n’est donc pas dépaysé par la région. Il va découvrir « une autre facette du métier » : le « contact avec la population » mais aussi « avec les élus ». Il faut « se mettre en avant » alors que « la discrétion » était plutôt de mise dans ces précédents postes. Il compte bien apporter sa « patte judiciaire mais aussi method », ayant suivi une formation sur les nouvelles systems.

Leave a Reply