Alors que la Californie a légalisé le hashish récréatif, les législateurs américains s’interrogent à présent sur l’encadrement légal de la façon dont la plante peut parvenir aux consommateurs.

L’année dernière, le Bureau californien du Contrôle du Cannabis a émis une série de régulations visant à déterminer la façon dont les entreprises commerciales de hashish pouvaient procéder une fois la marijuana récréative autorisée. Entre autres choses, le doc établit que l’industrie naissante de livraison de hashish doit opérer dans la limite de certains paramètres, l’un de ces paramètres étant la nécessité de s’assurer que les produits sont à l’abris des regards lors de leur transportation.

Comme le web page Ars Technica l’a tout d’abord souligné, les régulations ont également clairement  établi que la livraison de hashish au moyen de drones aériens ou de robots autonomes (à terre) serait prohibée, malgré l’intérêt manifesté par des détaillants de hashish pour  ces moyens de transportation.

Les limites au transportation de la marijuana ne s’arrêtent pas là : d’après le doc de l’état de Californie, “la livraison ne doit pas être effectuée par avion, par bateau, par voie ferrée, par drone, par véhicule à propulsion humaine, ou par véhicule sans conducteur.”

Les régulations établissent in addition spécifiquement que les livraisons “peuvent être effectuées uniquement en personne, dans un véhicule motorisé clos,” et que les produits de hashish “ne doivent être ni visibles par le community pendant les livraisons… ni laissés dans un véhicule motorisé sans surveillance à moins que le véhicule ne soit équipé d’un système d’alarme actif.”

En outre, ces véhicules utilisés pour la livraison de hashish doivent avoirApple-transformed-space”>  à bord “un appareil GPS actif qui leur soit dédié, permettant la area géographique du véhicule au cours de la livraison.”

Le fait que les nouvelles directives requièrent la livraison de la marchandise par des êtres humains semble encore raisonnable, et pourra peut-être permettre à terme de meilleures expériences de support médical (au moins jusqu’à ce que les requirements du secteur soient mis à jour). En revanche, le fait que le vélo soit à priori également hors du tableau, de même que les drones aériens et les scooters des mers, semble peu compréhensible.

La date limite de la légalisation approchant pour l’Etat de Californie (2018), les administrateurs californiens ont passé les mois derniers à concevoir une structure législative pour le hashish à travers une “procédure d’urgence de réglementation” qui contourne l’interrogation habituelle de l’opinion de la population. “Autrement, les administrateurs manqueraient au respect de la date limite du 2 janvier à partir de laquelle l’attribution de licences aux entreprises de hashish commencera ainsi que l’autorisation des ventes de marijuana récréative dans le in addition grand marché au monde,” a expliqué le Portail californien du hashish.

La date de la légalisation californienne approchant, les législateurs auront quoi qu’il en soit un retour de la component des nombreuses grandes entreprises dont l’intérêt dans les livraisons autonomes s’étend au-delà du champ du hashish parmi ces entreprises se trouvent les géants Amazon et Google. Au vu de la placement protectrice de l’Etat californien sur sa nouvelle industrie et des directives actuelles concernant les drones aériens, il semble très probable que les livraisons de hashish en Californie resteront, en 2018, cantonnées à des moyens intégrant la présence de l’homme.

Enfin, comme Ars Technica en a fait la remarque, les Californiens pourront néanmoins se consoler en se faisant livrer leur pizza par drone après avoir reçu leur hashish d’une manière in addition commune.

Leave a Reply