Il y a un siècle, le premier drone militaire de l’histoire décollait depuis la foundation d’Avord (Centre-Val de Loire). Les avions sans pilote sont alors apparus, marquant le début d’une histoire conduisant à l’arrivée des drones tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Max Boucher était commandant de l’École d’aviation du camp militaire d’Avord. Celui-ci fut le premier à faire décoller un avion de form Voisin 150 HP sans pilote le 2 juillet 1917. L’avion a roulé sur one hundred fifty mètres puis pris son envol et parcouru une length de près de 500 mètres à 50 mètres au-dessus du sol. Ensuite, l’appareil a atterri assez proprement après que ses deux litres de carburant furent épuisés.

En 1917, les avions volent depuis presque une trentaine d’années, ce qui signifie que la performance du capitaine réside vraiment dans l’absence de pilote. L’avion s’occupe lui-même de sa stabilité, ce qui aurait étonné le Général Ferrié, supérieur de Max Boucher. En effet, un avion militaire a moins de valeur qu’un pilote, dont la development dure des années.

D’autres projets assez similaires avaient été lancés pratiquement en même temps. Citons l’ingénieur britannique Archibald Small et Aerial Goal, son concept d’avions-cibles pilotables par télégraphie sans fil (TSF), destinés à permettre aux pilotes de s’entraîner au tir sans risquer de dommages collatéraux. Aux États-Unis, des ingénieurs travaillent sur un autre projet : le Hewitt-Sperry Automated Airplane, capable de lancer des torpilles aériennes.

Et pourtant, il semble que la technologie était prête depuis 1894 et l’apparition d’une voiture comportant des cônes divergents maintenant le véhicule stable, une creation de Octave Détable, un passionné d’aviation. En 1900, un aéroplane sans pilote à vapeur est expérimenté par Samuel Pierpont Langley, l’intéressé mettant également au stage un prototype de bateau à commander par radio.

Tout va changer avec l’apparition du gyroscope en 1909, fruit du travail de l’ingénieur américain Elmer Ambrose Sperry. En effet, avant cette creation, diriger un avion et lui permettre d’effectuer un vol stable était quelque chose de compliqué.

Le capitaine Max Boucher a été convaincu par toutes ces avancées et en 1912, un avion sans pilote voit le jour en collaboration avec Octave Détable. Le premier essai effectué en 1914 est un échec, auto le moteur de 30 CV n’est pas assez puissant. Max Boucher est prêt à utiliser un moteur moreover gros lors d’un deuxième essai, mais la Première Guerre mondiale a éclaté au même second. En 2015, Max Boucher installe les stabilisateurs d’Octave Détable sur deux avions Voisin 150 HP.

Le terme « drone » n’est pas encore connu. Au Royaume-Uni, l’Aerial Goal d’Archibald Small prend du plomb dans l’aile et le projet s’arrête. En effet, les interférences électromagnétiques imputées à la TSF font que l’avion se retrouve vulnérable en predicament de overcome.

Cependant, l’idée d’avion-cible est conservée afin d’entraîner les pilotes et l’aviation britannique formule le mot drone en 1935. L’avion DH.82 Tiger Moth ou Queen Bee (la reine des abeilles) volait lentement et était peu discret, produisant un bruit rappelant le faux bourdon. Ainsi, le terme drone signifie bourdonnement en anglais ! Le terme sera repris aux États-Unis dès 1941 lorsque l’US Navy achieved au stage ses Goal Drone Denny, d’autres avions-cibles.

Sources : Science & VieIndustries & Systems

Leave a Reply